samedi 8 août 2015

Chronique: Max de Sarah Cohen-Scali.

Sarah Cohen-Scali
Max.

Edition Gallimard, Collection Scripto.
475 Pages
Prix de Vente: 15.90€

Synopsis:

19 Avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minutes exactement. Je vais voir le jour le 20 Avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler!"





Je crois que la bibliothécaire a très bien décrit ce livre quand elle me l'a conseillé. Un OVNI. Et c'est un bel OVNI. J'ai eu des réserves avant de le lire: est-ce que les horreurs de la guerre vont être présentes? Est-ce que les propos antisémites seront vraiment présents? 
Je prend beaucoup de pincettes avec la seconde guerre mondiale, et je pense ne pas être la seule. Et justement, c'est cela qui fait la force de ce livre. Beaucoup de gens sont septiques, ou n'osent pas parler du nazisme. Ici, ce livre le traite comme n'importe quel thème. L'enfant que nous suivons est un nazi. Il a des pensées antisémites, sait que des personnes sont tuées, mais ça ne le dérange pas. Cet enfant pense comme cela car il a été fait pour cela, depuis qu'il est dans le ventre de sa mère. Et cela ne dérange plus, une fois que le lecteur l'a assimilé. 

Ce livre est aussi une grosse boite de chocolat (bonjour Forrest Gump!). Le lecteur sait la date, et si il a suivi ses cours d'histoire, sait ce qui se passe durant la guerre et comment celle-ci va se finir. Ensuite: vide total. L'histoire de ce petit bonhomme est pleine de surprise: je ne me doutais pas du tout de la suite des événements au cours de ma lecture. Ce livre n'est en aucun cas prévisible.

Pour ce qui est des personnages, nous les aimons, nous les détestons au fil des mots de Max. Nous rencontrons beaucoup de personnes ayant réellement existé, ou alors étant inspirés de personnes réelles. Les docteurs, les soldats, les Braune Schwester...Le projet Lebensborn, qui a fait naître Max, a vraiment existé. Et j'ai vraiment aimé cela. Les fictions ancrées dans le monde réel, c'est mon dada. Et ici, nous voyons un part de l'histoire dont je n'avais pas entendu parler pendant mes cours d'histoire. Je me suis aussi rendue compte qu'il y avait même des victimes au sein du Reich, comme ces enfants du Lebensborn, enrôlés depuis leur naissance.

Le livre décrit vraiment très bien les lieux, on a l'impression d'y être. Nous voyons à travers le regard d'un enfant qui se comporte comme un petit adulte, qui est très intelligent. Les mots sont crus, terribles, mais Max a été conditionné pour être ce qu'il est dans le livre. Et le lecteur ne peut pas lui en vouloir. 
L'un de mes livres préférés, La Nuit d'Elie Wiesel (un chef d'oeuvre autobiographique, que vous devez lire!) raconte l'horreur des camps d'Elie quand il était enfant. Ici, nous avons l'horreur du Reich à l'intérieur de celui-ci. 
Ce livre, je le conseille, car il nous apprend plus: c'est une mine d'informations. Il nous prend aux tripes. 

Mention spéciale aux notes de l'auteur, qui nous fournit une bibliographie si l'on désire en savoir plus sur le sujet. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire